7 Mar 2016

Mobile World Congress : Ce que nous en avons retenu

Qu’est ce que c’est ?

Après le CES et l’IFA, le Mobile World Congress #MWC16 et le 3e plus gros événement high-tech mondial. Chaque année durant le mois de février c’est plus de 100.000 visiteurs venus de 200 pays pour parcourir les 200.000m² du salon répartis sur les 8 Halls du Fira. Sous le slogan “Mobile is everything” se cachent des technologies telles que les casques de réalité virtuelle, mobiles et objets connectés mais aussi applications, imprimantes 3D, protection des données et solutions orientées backend ou infrastructure. Pour la petite histoire, le salon fêtera ses 30ans l’année prochaine, et pendant les 20 premières années de son existence l’évènement avait lieu au palais des festivals de Cannes, on ne peut qu’apprécier la conservation de ce lien étroit avec le soleil et la mer.

image14

VR

La première image que vous avez du avoir du MWC, c’est celle de Mark Zuckerberg venant annoncer les Samsung Gear VR à la conférence Samsung du fait de la technologie Oculus utilisée sur ces dernières.

WMC - Conf Samsung

Et bien ce n’était qu’une introduction, pratiquement tous les gros constructeurs avaient leurs propres casques: LG, HTC, Sony, Microsoft (même si c’est un cas un peu à part), sans compter ceux qui distribuaient des cardboards en goodies (merci SAP).

Dans le groupe, nous avons testé les HTC Vive, LG 360 VR et Samsung Gear VR. Niveau usage, nous n’avons pas ressenti de grandes différences entre les trois, hormis le confort; le HTC devant être bien serré pour voir correctement. Ce dernier à aussi l’avantage de marcher sur PC, notamment grâce à un partenariat avec Steam. Il y a tout de même des différences notables dans les technos ou les usages prévus : le LG 360 VR embarque ses propres écrans connectés à un G5, là ou Samsung propose de glisser son smartphone dans le Gear VR. HTC oriente vraiment son Vive vers le jeu et autres activités ludiques basées sur un PC.

On me souffle à l’oreille que 15000 HTC Vive ont été pré-commandés en 10 minutes (link). Et pourtant difficile d’investir 900€ dans un casque de VR, sachant que le Google Cardboard offre à peu près les mêmes sensations pour 20€…

HTC Vive

HTC Vive à 900€ …

Google Cardboard

…ou Google Cardboard à 20€ ?

Pour nous, le calcul est vite fait, le côté handmade/récup’ du Cardboard étant plus un atout de charme qu’autre chose. Grande surprise de plus, il n’y a pas à calibrer le Cardboard (enfin, à configurer une fois dans l’appli), alors que nous avons dû calibrer chacun des masques VR testés. De plus la qualité d’image sur le Cardboard n’a pas à rougir face à la concurrence, donc à vous de voir, tester la VR pour 20€ (car il s’agit bien, aujourd’hui, de tester en terme d’usage) ou plusieurs centaines d’euros.

Des mobiles …

Parce que oui, dans Mobile World Congress il y a Mobile, ce truc dont plus personne ne peut plus se passer. Et pourtant peu d’évolution cette année. Les designs ne changent guère et tous les mobiles se ressemblent de plus en plus. Alors oui il y a tout de mêmes des évolutions techniques, avec des téléphones de plus en plus fins et puissants, et un appareil photo avec toujours plus de pixels, mais ça s’arrête là. De plus, beaucoup de nouveautés avait déjà été présentées lors du CES, c’est donc une impression de réchauffé que nous avons sur beaucoup de stands. Gros évènement pour Samsung autour des Galaxy S7 et S7 Edge, mais impossible d’en tester, les quelques présents étaient sous vitrine, éteints. Autre exemple, même si c’est appréciable, Motorola a fait de grosses gondoles autour de téléphones sortis il y a 6 mois, tout comme Huawei avec le Nexus 6P.

image21 image07 image26

Vous voyez une différence? Et ne dites pas “la couleur”

Seuls 2 constructeurs nous auront bluffés, il s’agit de LG avec son G5 modulaire et OPPO avec sa recharge rapide.

Commençons par le G5. A première vue il s’agit d’un téléphone classique avec un design légèrement différent de ce qui se fait actuellement. Mais en regardant de plus près on se rend compte que la partie du bas se détache, enlevant au passage la batterie afin de laisser place à différents modules, aujourd’hui au nombre de deux. Vous pouvez alors plugger le LG Cam Plus, une poignée permettant de simplifier la prise de photo et d’intégrer une batterie supplémentaire, et le LG Hifi Plus afin d’améliorer le son de votre mobile. Une mini batterie intégrée au téléphone n’aurait pas été du luxe, car il faut l’éteindre pour changer de module. Et pour finir en beauté, sachez que ce téléphone a deux capteurs photo à l’arrière, un classique et un grand angle, ce qui est plutôt pratique.

image03 image19

Passons maintenant à OPPO. Derrière cette marque chinoise méconnue du public européen se cache en fait un monstre, étant le cinquième constructeur en nombre de ventes en Chine. Et ça se voit, leur stand étant aussi grand que celui de LG ou HTC. Et sur ce dernier nous avons pu assister à la démonstration de la charge rapide, et il faut dire que c’est assez impressionnant de voir le pourcentage de batterie augmenter toutes les 10s. Alors oui cette technologie n’est pas encore sortie et il faut un chargeur particulier, mais il y a de grandes chances que nous la retrouvions sur de nombreux téléphones l’année prochaine.

image15

Pour continuer sur les marques chinoise, ces dernières étaient extrêmement représentées, avec parfois des stands aussi grands, voire plus, que les leaders mondiaux. Il faut dire qu’ils arrivent avec des téléphones haut de gamme avec des prix très accessibles.

Pour l’instant assez confidentiels en Europe, il y a de grandes chances que l’on se retrouve avec des Huawei, Xiaomi, ZTE ou OPPO dans les mains dans les prochains mois.

On a aussi croisé pas mal de stands de petits constructeurs complètement inconnus mais essayant de se démarquer en ciblant par exemple les personnes âgées ou les enfants.

… des objets connectés…

Bien que nous ne nous attendions pas à en voir beaucoup, sachant que la ville organise aussi le IOT World Congress, nous avons vu des objets connectés : du vélo ou la voiture connectée à la maison, en passant par les chaussures, difficile de passer à côté. (Pierre F. : – “Grand absent cependant à mon goût, Fitbit, pourtant leader dans son secteur sportif.”)

Beaucoup d’objets connectés donc, mais peu de montres. On sent que les constructeurs sont passés à autre chose et qu’ils ne poursuivent pas leurs efforts sur ce segment (hormis quelques marques chinoises) et remisent les bijoux en arrière de leurs stands.

image02 image13

Pour nous l’explication est assez simple, le grand public n’a pas mordu véritablement à cette techno : contrairement à un smartphone, il est assez simple de faire sans une montre connectée au quotidien, surtout à de tels prix, avec cette autonomie et sans réelle plus-value marquante. Apple, le grand absent (habituel) du salon, a fait fort en communication avec sa Watch, mais le manque de communication autour des ventes laisse penser que celles-ci n’ont pas été à la hauteur des espérances.

image25 image22

Un petit clin d’oeil à la maison connectée avec un petit object sympathique le Sony Xperia Agent, fils spirituel du Nabaztag ce petit robot connecté se voit devenir le majordome de votre maison il peut notamment voir et entendre mais aussi projeter des informations et piloter vos lumières ou autres objets.

… et Android !?

On en parle peu et pourtant il est omniprésent lors de cet évènement, il s’agit de l’OS. Les constructeurs créant leurs évènements autour des sorties des OS, à l’exception d’Ubuntu dont on reparlera plus tard, elles n’ont pas d’intérêt à en parler ici. Et pourtant, en 2015 Android était le système d’exploitation le plus utilisé dans le monde avec plus de 80% de part de marché des smartphones, occupant ainsi une place centrale dans nos mobiles. (Julien F. :  – “Snif, pas de fuitant AndroidN ou le Projet Brillo”).

Mais il ne fallait pas s’attendre à beaucoup. Lors du salon Google réserve toujours ses nouveautés pour la Google IO (en mai prochain). Techniquement, lors du Mobile World Congress, malgré un malheureux conteneur sur Android experiments, l’OS au robot vert ne brillait que par la distribution massive de pin’s, de smoothies et des goodies nécessitant le plus d’attente : la gourde personnalisée. Certes Google avait un petit stand en son nom, dont la seule utilité était d’aller remplir les questionnaires en ligne pour tenter de gagner une tablette, mais ça s’arrête là. Google a brillé en terme de sponsoring, c’est tout.

WMC - Android garden image05 image20

Mais pourquoi Android ne brille que de cette manière ? Mais parce que chaque constructeur à sa surcouche mon bon monsieur ! Touchwizz pour Samsung, Sense pour HTC, Emotion UI pour Huawei, du fait que le code Android soit publique chaque constructeur y va de son petit développement personnel et propose quelques ajouts ou un look différent, à l’utilisateur d’apprécier ou non cet apport. Et vous, vous le préférez comment votre Android ? Pur ou aromatisé 😉

image18 image11 image10

Un petit, tout petit stand (Pierre C : “Qui a su faire battre mon petit coeur tout triste d’avoir vu partout la même chose”) a toutefois attiré notre attention. Ubuntu, enfin surtout les 3 îlots avec téléphones et tablettes sous Ubuntu Touch. Alors oui, on est d’accord, on parle d’un OS assez confidentiel. On peut ressortir à raison tout ce qui a été dit sur Android à ses débuts, à base de peu d’applications, de téléphones bas de gamme, et en toute honnêteté, je ne suis pas persuadé que ceci change pour cet OS. Le grand public ne sera pas prêt à passer sur ce genre d’OS tant que les players du moment ne feront pas des applications pour, les constructeurs ne feront pas l’effort de monter en gamme sur ces devices, et, la boucle et bouclée quand on dit que le grand public ne switchera pas sur cet OS tant qu’il n’y retrouve pas ces applis préférées et que la gamme officiel se limite à deux téléphones et une tablette, plutôt bas de gamme. Le bas de gamme est l’entrée la plus simple sur le marché, bien que maintenant bien occupé par la flopée de téléphone Android ou Firefox OS à moins de 200€. En revanche, là où les utilisateurs ont conscience que niveau performance, qualité photo et autres on est dans l’entrée de gamme, accepteront et comprendront-ils, s’ils ne sont pas intéressés par ces OS alternatifs à l’image de Firefox OS ou Sailfish OS, l’absence de leurs applications fétiches ? J’en doute.

image23 image04

Pour en revenir sur l’OS et les devices, nous avons testés les devices embarquant de base Ubuntu Touch, à savoir le téléphone BQ Aquaris E5 HD et la tablette la BQ Aquaris M10. J’aurai souhaité voir le Meizu Pro 5 Ubuntu, mais j’ai dû passer à côté sans le voir, dans la flotte de téléphones de base sous Android, comme le OnePlus One ou le Nexus 4, privés d’Android au profit d’Ubuntu Touch. J’ai beaucoup aimé le mode convergence, qui permet, du swipe sur un bouton, de passer du mode tablette/smartphone à la version fenêtrée, où l’on retrouve tous nos automatismes. Peu d’intérêt sur le smartphone directement, en revanche, connecté à un écran externe avec clavier/souris, cela prend tout son sens. Seul bémol, le tout est encore assez jeune, niveau performance il y a encore du travail à faire, pour l’interface, c’est à l’utilisateur d’y mettre du sien, Ubuntu tranchant vraiment complètement de la concurrence. Je pense d’ailleurs que c’est aussi l’une des choses qui peut rebuter le grand public. Cela reste pour moi un excellent OS alternatif, mais mon amour pour Ubuntu rend peut-être mon jugement trop subjectif.

Nos Conclusions

Pierre Clément @piclement – Très bonne expérience ce salon, le technophile en moi était on ne peut plus satisfait, cependant le développeur que je suis a eu du mal à y trouver son compte. Un point très important tout de même, ce salon permet de prendre la température sur les directions prises par les constructeurs. Comme dit dans l’article, la page montres connectées a été tournée au profit de celle de la réalité augmentée. Il n’y a plus qu’a voir si le public et les usages suivent.

Dernière chose, nous sommes allés de stands en stands, l’accès aux conférences nécessitant un badge premium ou de payer un bon supplément à une entrée déjà pas donnée, dommage, même si c’est le moyen le plus simple d’éviter que toutes les personnes présentes s’inscrivent aux conférences.

Mon Top 3 produits : LG G5, BQ Aquaris M10 Ubuntu Edition et Meizu Pro 5 Ubuntu Edition

 

Julien Foratier@jforatier – C’est un privilège de pouvoir assister à un tel événement, très orienté business et avant tout destiné aux industriels, ces 2 jours nous ont permis de mesurer l’importance du secteur mobile/high-tech dans l’économie mondiale et, au travers des tendances de demain, les enjeux que cela représente. Pour que l’immersion soit totale ça aurait été amusant de pouvoir assister à l’une des grandes conférence des constructeurs.

Pronostique pour l’année prochaine : La VR remplace les montres sur les stands (qui seront rangées au placard quelque temps), chaque constructeur aura son mobile modulable et son petit robot / assistant.

Mon Top 3 produits : Moto X Force, Lenovo Yoga Tab 3 Pro, Xperia Agent

 

Pierre Fiorelli@Darkrinthan – Une très bonne expérience que ce salon du mobile. Alors oui il est très orienté business, mais il permet de se rendre compte des dernières tendances et de la montée des acteurs chinois sur le marché mondial.

Je suis content de voir l’engouement autour des lunettes de réalité virtuelle, bien que je pense que leur application est limitée. C’est néanmoins un premier pas vers la réalité augmentée qui, elle, a beaucoup plus d’intérêt, notamment dans le monde de l’entreprise.

Organisez le même salon mais orienté développeur et je serais aux anges!

Mon Top 3 produits : LG G5, Hololens, Yoga tab 3 pro

 

Merci AXA 🙂

Share